fbpx
Le blogue de Tourisme Côte-Nord | Un road trip à la hauteur de plus audacieux!
Découvrez de nouvelles activités sur le blogue touristique de Tourisme Côte-Nord
Blogue touristique de Tourisme Côte-Nord
6832
post-template-default,single,single-post,postid-6832,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Un road trip à la hauteur de plus audacieux!

Expédition 51 est un circuit nordique de 1700 KM en pleine nature sauvage de la forêt boréale au grand nord. En passant par la Côte-Nord et le Labrador, parcourir cette route prend minimum… 26 heures en voiture (si on roulait sans s’arrêter). Mais ce n’est pas fini! On peut également faire la boucle complète en empruntant la voie maritime…. quoi de mieux qu’une petite croisière à bord du traversier Bella-Desgagnés pour profiter du paysage et se reposer pendant ce long voyage. De quoi satisfaire les adeptes des road trips dignes de ce nom.

 

 

De Baie-Comeau à Blanc-Sablon, en passant par Fermont

La boucle du circuit Expédition 51 saura combler les aventuriers avides de nouveautés puisqu’elle offre une diversité phénoménale d’espace et de paysages… on y traverse littéralement un monde de démesure! Pourquoi 51 d’ailleurs?… 51e parallèle nord, bien sûr!

On part de Baie-Comeau où commence la route 389. On passe ensuite par Manic 5 et Fermont, traversons le Labrador d’ouest en est, puis on redescend vers la Basse-Côte-Nord jusqu’à Blanc-Sablon. Ce périple est bâti sur mesure pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux!

L’aventure peut durer quelques jours ou plusieurs semaines, dépendamment du temps dont on dispose et de celui qu’on désire passer à chaque étape. En été comme en hiver, de la forêt boréale à la taïga, en passant par les villes et villages pittoresques, ce sont une foule d’attraits culturels, de modes de vie des communautés francophones et anglophones, autochtones, métisses et inuites qui s’offrent à la découverte.

Tellement plus qu’une simple route!

Lacs, rivières, montages, aurores boréales, barrages hydroélectriques, mines à ciel ouvert, chasse, pêche, kitesurf, paddle board, surf, randonnée pédestre, kayak, vélo et VTT font tous partie de l’expérience. L’hiver, c’est le royaume par excellence des amoureux de la motoneige et des randonnées en raquette ou en ski et même en traîneau à chiens.

L’entrée : la route 389

Rouler entre nature et démesure, c’est sur la 389 que ça se passe. La route, recouverte d’asphalte ou de gravier selon les endroits, vous transporte vers les centrales hydroélectriques que vous pourrez admirer et visiter: Manic-2, Manic-3 et Manic-5. Un arrêt obligatoire s’impose à Manic-5 pour sortir l’appareil photo, admirer et visiter le plus grand barrage à voûtes multiples et à contreforts du monde.

On arrive ensuite près des monts Groulx, au cœur de la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan Uaphiska. Ce sont 30 sommets de plus de 1000 mètres d’altitude qui dominent le décor. Ils offrent une vue panoramique sur le réservoir Manicouagan, le quatrième plus grand cratère météorique de la planète. Il aussi est possible de prendre une pause de la route à la station Uapishka qui offrent aux visiteurs repas, hébergement et des histoires fascinantes qui imprègneront l’imaginaire d’exploits fabuleux. Scientifiques, autochtones et aventuriers s’y retrouvent pour partager leurs découvertes.

Près de 600km après le départ, nous voici à Fermont. On peut y contempler des mines à ciel ouvert, parmi les plus grandes en Amérique du Nord et où l’on exploite le minerai de fer qui est la raison d’être de cette communauté. Sans oublier le fameux mur du nord, bien évidemment, qui fait office de palissade pour couper le vent! Pas celui de Game of Thrones, non, le vrai de vrai mur! D’inspiration scandinave, il est long de 1.3km qui et haut de 5 étages. Le mur abrite commerces, épicerie, pharmacie et appartements, tout au même endroit. Une petite ville intérieure. Un endroit unique au Québec.

 

À visiter sur la 389

      • Manic-2 et Manic-5, installations et barrages hydroélectriques.
      • La station Uapishka.
      • Les monts Groulx
      • Les monts Severson
      • Le complexe minier Mont-Wright.
      • La municipalité de Fermont et son mur.
      • De nombreux sentiers pédestres
      • Les aurores boréales
      • Les vestiges de Gagnon, ville minière fermée, en 1984, au kilomètre 390.

 

Le plat de résistance: les routes 500 et 510

Comme pour la route 389, la route Translabradorienne, composée des routes 500 et 510, est recouverte d’asphalte ou de gravier. 30 KM après Fermont, sur la route 389 en direction est, on change de province pour continuer le périple à Terre-Neuve-et-Labrador.

Barrages hydroélectriques, musées et centres d’interprétation sont nombreux à vouloir raconter l’histoire unique de cette province surnommée de « capitale nationale du fer ».

 

À visiter sur la route Translabradorienne (source : https://tourismecote-nord.com/decouvrez-notre-region/les-incontournables/expedition-51/)

 

      • La mine de Labrador City (Iron Ore Company, Rio Tinto)
      • À Churchill Falls la plus grande centrale hydroélectrique souterraine au monde L’aéroport d’Happy Valley-Goose Bay.
      • Le musée militaire du Labrador.
      • Le musée Labrador Heritae Society Museum.
      • Le centre d’interprétation du Labrador.
      • Le Lieu historique national du Canada de l’Arrondissement-Historique-de-Battle Harbour.
      • Red Bay.
      • Le musée de la baleine noire.
      • Le Phare de la pointe Amour, à L’Anse-Amour.
      • Le musée Scheffer à Lourdes-de-Blanc-Sablon.
      • Aventure Archéologique à Blanc-Sablon
      • Destination Labrador.

 

Le dessert : littoral du golfe du Saint-Laurent

 

On quitte ensuite le labrador pour revenir vers la Côte-Nord. Après avoir passé autant de temps dans l’arrière-pays, l’impressionnant golfe du Saint-Laurent nous accueille dans toute sa grandeur, comme à bras ouverts. À Blanc-Sablon, on découvre un splendide village pittoresque, qui se laisse doucement bercer par le rythme des vagues.

De Blanc-Sablon jusqu’à Vieux-Fort sur le littoral du golfe du Saint-Laurent, un segment de route le de la 138 inachevée, la Route Panoramique de la chicoutaihttps://tourismecote-nord.com/basse-cote-nord/les-incontournables/la-route-panoramique-de-la-chicoutai/

vaut absolument l’aller-retour de 150 km. Les paysages, les villages isolés, les sentiers pédestres, l’accueil des habitants et la découverte des saveurs locales dépayseront même les plus habitués. Entre mai et début juillet, on peut même admirer des icebergs défilant dans le détroit de Belle-Isle!

 

On prend ensuite le bateau pour retourner vers la 138 et terminer la boucle vers Baie-Comeau.

À visiter

      • Le musée Scheffer, dans l’église de Notre-Dame-de-Lourdes
      • La ferme Aqua Labadie spécialisée dans la culture de pétoncles dans la baie au Saumon.
      • Le Centre d’interprétation de Middle Bay raconte l’histoire et la vie des pionniers.
      • La Coop Solidarité Bioproduits à Rivière-Saint-Paul offre une gamme de produits concoctés à partir des petits fruits sauvages de la Basse-Côte-Nord.
      • Le musée Whiteley à Rivière-Saint-Paul, nommé en l’honneur de l’inventeur du piège à la morue.

 

Le dessert : Basse-Côte-Nord, croisière et retour au point de départ

 

De Blanc-Sablon, on peut faire le chemin inverse pour revoir les paysages grandioses vu précédemment et revenir au point de départ, Baie-Comeau. Sinon, on peut profiter de l’air salin et faire un bout de chemin (ou de fleuve) en croisière à bord du N/M Bella Desgagnéshttp://relaisnordik.com/notre-navire/nous emmène doucement vers Kegaska (Natashquan…le célèbre lieu de naissance de Gilles Vigneault)… et même jusqu’à Rimouski pour ceux en provenance de la Rive-Sud du Québec. Ce navire ravitaille les villages de la Basse-Côte-Nord et de l’île d’Anticosti. Lors des arrêts du navire, qui durent de 45 min à 1 h 30, on vit en croisiériste et on débarque pour découvrir ces colorés villages côtiers :

      • Saint-Augustin
      • La Tabatière
      • La Romaine
      • Tête-à-la-Baleine
      • Harrington Harbour
      • Port-Menier sur l’île d’Anticosti

 

À Kegaska (ou Natashquan), l’aventure n’est pas encore terminée. On a encore 650 km à parcourir sur la route 138 avant d’atteindre notre point de départ, Baie-Comeau. Il est aussi possible de continuer sur le navire jusqu’à Sept-Îles ou Rimouski, mais la route 138 permet de voir de nombreux attraits incontournables et de s’arrêter pour profiter des panoramas où on veut et quand on le veut. L’amateur de road trip en nous a encore envie de conduire de toute façon! Nous vous parlerons des magnifiques et surprenants endroits à visiter sur ce segment de route lors d’un prochain billet.

 

Alors, oserez-vous l’aventure Expédition 51? Pour planifier votre séjour : https://tourismecote-nord.com

 

Surveillez le blogue de Tourisme Côte-Nordhttps://tourismecote-nord.com/blogue/ durant le mois de juin. Le mois de la 138 vous fera découvrir une foule d’activités et de paysages à couper le souffle …sur la route des baleines!

 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.