fbpx
Le blogue de Tourisme Côte-Nord | Fascinante et envoûtante Anticosti : l’île à émerveillement !
Découvrez de nouvelles activités sur le blogue touristique de Tourisme Côte-Nord
Blogue touristique de Tourisme Côte-Nord
8348
post-template-default,single,single-post,postid-8348,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Fascinante et envoûtante Anticosti : l’île à émerveillement !

Perle du golfe Saint-Laurent, Anticosti exerce une étrange fascination sur l’imaginaire des peuples qui la côtoient et la convoitent depuis des millénaires. Des ancêtres des Innus, qui venaient y chasser l’ours, aux premiers Européens à naviguer le long de ses côtes redoutables ou même s’y établir jusqu’aux visiteurs d’aujourd’hui en quête de quiétude et d’aventure, Anticosti représente un nom et un lieu qui font toujours rêver et continuent d’évoquer les possibles. L’île fascine et envoûte!

Ses plus de 400 millions d’années de chroniques de la vie sur Terre bien rangées sur les strates de ses falaises et canyons permettent d’y effectuer un véritable voyage dans le temps. Cette particularité ainsi que d’autres traits lui valent d’être présentement considérée pour son inscription à la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO ! Son isolement géographique, ses vastes espaces sauvages, les villages fantômes, épaves et ruines de son histoire récente tumultueuse tout comme ses cours d’eau luminescents, ses grottes fantastiques, sa faune omniprésente, ses chutes iconographiques et ses baies caraïbéennes favorisent le dépaysement et, surtout, l’émerveillement !

Déjà réputée pour l’abondance de ses cerfs et la vitalité de ses salmonidés, l’île d’Anticosti, la plus vaste du territoire québécois – 16 fois plus grande que celle de Montréal mais 10 000 fois moins peuplée avec ses quelque 200 habitants et… 200 000 chevreuils ! –, attire de plus en plus de villégiateurs estivaux ainsi qu’adeptes d’activités de plein air diverses. À n’en pas douter, une contrée unique pour les passionnés de nature et d’aventure ! Outre les conventionnelles et traditionnelles chasse et pêche – de calibre international sur cette île enchanteresse –, voici des suggestions d’activités pour découvrir avec ses sens et ses méninges la perle du golfe Saint-Laurent, ce joyau de notre continent, et y cultiver l’émerveillement.

Randonnée pédestre

Des centaines de kilomètres sur sentiers, plages et dalles de calcaire, tant sur les territoires gérés par les habitants (nord-ouest de l’île), par la pourvoirie Lac Geneviève, par la SÉPAQ que par le resort privé Safari Anticosti conduisent vers des spots uniques et se traduisent en expériences mémorables. À commencer par flâner sur la côte de Port-Menier, le long de la baie Gamache entre le cap Blanc et la pointe du Château où se trouvent les ruines de la villa du baron du cacao français, Henri Menier, qui a acheté l’île en 1895 pour s’y établir jusqu’à sa mort en 1913. C’est d’ailleurs au richissime chocolatier que nous devons l’introduction de plusieurs espèces animales dont le cerf de Virginie qui domine l’île et la grenouille léopard qui contribue grandement à garder les populations de maringouins et mouches noires sous le seuil de l’intolérance !

Toujours à proximité de Port-Menier, des balades du côté de la Baie-Sainte-Claire et de l’Anse-aux-Fraises s’imposent : arpenter le littoral pour se familiariser avec l’épave du Calou, le phare de la Pointe-Ouest, les ruines du plus ancien village de l’île dont son cimetière atmosphérique et les représentants de plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques. De courts sentiers sur le territoire de la pourvoirie Lac Geneviève permettent d’explorer d’autres attraits de la partie occidentale de l’île : la Pointe-Nord et son phare, la grotte des Trois Plaines, le belvédère de la pointe aux Kakawis, la chute du ruisseau Blanc et l’exclos du lac Caillou, curieuse vitrine sur les effets du broutage du cerf sur la végétation de l’île et modeste échantillon de ce à quoi ressemblerait la forêt boréale anticostienne si cette espèce animale n’avait pas été introduite.

Le réseau de sentiers pédestres de la SÉPAQ, qui occupe le cœur d’Anticosti et totalise 125 km, donne accès aux paysages parmi les plus emblématiques de l’île enchanteresse. Outre les incontournables parcours des secteurs de la fameuse chute Vauréal, du canyon de la rivière Observation et de la grotte à la Patate, le sentier Canyon-de-la-Chicotte, une boucle de 7 km qui nous plonge dans l’univers karstique de l’improbable rivière avec ses piscines cristallines, et le sentier Les Télégraphes, ponctué de belvédères époustouflants s’ouvrant sur la baie de la Tour et ses escarpements blancs, valent le détour. Plus sauvages et rustiques mais pas moins exaltants, le sentier de la falaise Puyjalon, accessible depuis le chemin de l’Anse-de-la-Sauvagesse, et le sentier Les Échoueries, un aller-retour de 12 km conduisant vers une colonie de phoques, couronnent une offre de randonnée pédestre qui n’a pas son pareil !

À surveiller bientôt, l’inauguration d’un sentier de longue randonnée s’étirant sur quelque 130 km depuis l’embouchure de la rivière Jupiter à celle de la rivière Vauréal. C’est le parcours tout étoile utilisé par les randonneurs de La Grande Traversée, une initiative de Nature Québec souhaitant attirer l’attention sur la biodiversité et le patrimoine culturel de l’île. La première édition, en 2016, a été organisée pour réclamer la fin de l’exploration des hydrocarbures et la seconde, l’année suivante, pour que l’île soit reconnue sur la Liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Franchir l’île ainsi, d’un sanctuaire naturel à l’autre, tiendra du pèlerinage !

Vélo

Excellent moyen pour explorer les environs de Port-Menier. D’ailleurs, le centre d’information touristique de la municipalité loue des bicyclettes tout comme l’auberge de Port-Menier (SÉPAQ Anticosti) qui dispose d’une toute nouvelle flotte de vélos à assistance électrique (VAE)7. Bien qu’il n’existe pas de piste cyclable digne de ce nom sur l’île ni de centre de vélo de montagne et que l’Anticostienne, artère principale de 220 km en garnotte corrosive où se concentre la majorité des déplacements motorisés, possède peu de sexe-appeal auprès des cyclistes, Anticosti recèle un potentiel inouï pour la pratique du « bikepacking ». À la fois tendance en vogue et plus récente école de pensée du voyage à vélo, le « bikepacking » consiste essentiellement à parcourir des distances considérables et franchir des étendues sauvages en autonomie sur des chemins non pavés, pistes et sentiers avec une préoccupation marquée pour le minimalisme. On prescrira une bécane plutôt robuste et munie de pneus larges aussi, une monture procurant un accès encore plus grand, confortable et sécuritaire à ces pistes de bout du monde… qu’on déniche parfois dans sa cour arrière ! Le mantra des initiés de ce nouveau mouvement : « Pédaler plus loin, se charger moins ! » Avec un réseau de pistes et chemins forestiers qu’on estime à près de 10 000 km – sans parler des « pistes cyclables » naturelles que représentent de nombreux segments du littoral où il fait bon rouler –, l’absence d’animaux dangereux – on n’a pas vu d’ours depuis des années…–, la présence de sites d’hébergement avec services et autres endroits se prêtant au camping sauvage ainsi que la profusion de plans et cours d’eau, la perle du golfe du Saint-Laurent sourit au « bikepacking ». Voilà, certes, l’une des façons les plus expérientielles et gratifiantes de découvrir Anticosti !

 

* Voir encadré « SÉPAQ Anticosti : nouveaux forfaits tout inclus »

Kayak de mer

Une autre manière tout aussi expérientielle et gratifiante de découvrir Anticosti, puisqu’elle est entourée d’eau, c’est de la ceinturer ou de parcourir des segments de son littoral en se propulsant en kayak de mer. De cette perspective, en pagayant en compagnie de phoques et pygargues, les falaises vertigineuses, les baies aux dégaines de lagons tropicaux et le fameux « reef » anticostien, formé de vastes terrasses de calcaire luisant – et glissant – qui émergent à marée basse, marquent encore plus l’esprit. Pour les expéditions d’envergure, l’omniprésence des cours d’eau facilite grandement la logistique. Il va de soi que la pratique du kayak de mer autour d’Anticosti s’adresse à des adeptes aguerris, voire chevronnés. Pour les autres qui seraient intéressés par l’activité, la guide Danièle Morin offre des forfaits sur mesure incluant des sorties en kayak de mer. Parions que d’autres initiatives en écotourisme d’aventure verront le jour au cours des prochaines années sur l’île à émerveillement…

SÉPAQ Anticosti : nouveaux forfaits tout inclus

Coïncidant avec l’ajout d’une nouvelle section comportant 16 chambres à son auberge de Port-Menier, SÉPAQ Anticosti offre pour la période estivale, soit du 20 juin au 30 août, de nouveaux forfaits tout inclus. Au coût de 1495 $ par personne en occupation double, les forfaits incluent 5 nuitées, tous les repas, le transport aérien (à partir de Mont-Joli ou supplément de 125 $ par personne pour départ de Québec ou Montréal), une journée guidée en navette au parc national d’Anticosti, le droit d’accès au parc et le prêt d’un vélo à assistance électrique tout comme une embarcation nautique pendant le séjour. Pour les enfants, il faut ajouter seulement les frais de transport aérien et les repas.

Liens utiles :

Danièle Morin Guide :

http://anticosti.net/

SÉPAQ Anticosti :
https://www.sepaq.com/sepaq-anticosti/

Pourvoirie Lac Geneviève :

https://www.anticostiplg.com/

Municipalité de L’Île-d’Anticosti :

https://municipalite-anticosti.org/

Safari Anticosti :

https://www.safarianticosti.com/

Relais Nordik (N/M Bella Desgagnés) :

http://relaisnordik.com/

Par Pierre Bouchard pour le magazine touristique de la Côte-Nord, Entre Nature et Démesure

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.