PORTRAIT DU PÔLE BASSE-CÔTE-NORD

Grandiose et accidentée, la Basse-Côte-Nord compte parmi les régions les moins connues du Québec et des plus sauvages au Canada. Située à 1 600 kilomètres au nord-est de Montréal, elle s’étend sur 375 kilomètres le long de la rive nord du golfe du Saint-Laurent. 5 000 personnes font de ces paysages uniques leur lieu de vie dans 14 villages de 50 à près de 1 000 résidents. Des années d’isolement ont permis à ces communautés innues, francophones et anglophones de développer des traditions, une architecture et des accents bien à eux. Amoureux de plein air et de culture, la Basse-Côte-Nord vous surprendra. Suivez les traces des premiers explorateurs basques venus s’établir ici en Amérique du Nord.

Parsemée de milliers d’îles, d’anses, de passages secrets et de plages de sable blanc, la Basse-Côte-Nord déploie, côté terre, de la mousse bleu vert et du lichen à perte de vue, de tumultueuses rivières à saumon traversant champs de coulée de blocailles et toundra. Côté mer, le spectaculaire golfe du Saint-Laurent scintille de ses eaux bleutées.

La Côte présente divers environnements : littoral subarctique, étendue boréale et toundra. Ses écosystèmes uniques et fragiles attirent entre autres des multitudes d’oiseaux, canards marins, loups de mer et baleines. Des icebergs du Groenland poussés vers le sud par le courant froid du Labrador peuvent être vus au large jusqu’au milieu de l’été. Des aurores boréales colorent le ciel par nuit claire.

Destination de premier ordre pour les ornithologues amateurs du monde entier, on peut y observer quatorze espèces d’oiseaux de mer, dont les macareux moines, guillemots et petits pingouins. Six refuges d’oiseaux migrateurs protègent des lieux de nidification, dont celui de la baie de Brador, qui accueille plus de 20 000 macareux, la plus grosse colonie au Québec.