L’hiver est une saison idéale pour découvrir la Basse-Côte-Nord, alors colorée de bleu et de blanc immaculé. C’est en hiver que les gens chevauchent leurs motoneiges et se voisinent en toute liberté. Entretenue et balisée par le ministère des Transports, la Route blanche permet la circulation de la population d’un village à l’autre. Festivals, tournois sportifs et autres événements sont prétextes à se dire bonjour, hello ou kuei, en s’arrêtant dans les villages tantôt francophones, tantôt anglophones ou innus dispersés sur le littoral recouvert de son armure de glace. Les « Coasters » se feront un plaisir de vous faire découvrir leurs refuges hivernaux favoris, cachés dans l’arrière-pays, où une chasse au lagopède et une pêche blanche miraculeuse vous attendent peut-être.

La Route blanche et la Basse-Côte-Nord
La Route blanche est un sentier de motoneige principalement destiné aux résidents de la Basse-Côte-Nord pour faciliter leurs déplacements l’hiver. C’est aussi le seul lien terrestre continu entre Natashquan (Pointe-Parent) et Blanc-Sablon. Ce vaste territoire, dont une partie longe le littoral du golfe du Saint-Laurent, n’est pas relié au reste du Québec par la route. Pendant la saison hivernale, le ministère des Transports entretient la Route blanche, une piste de motoneige de près de 525 km entre Natashquan (Pointe-Parent) et Blanc-Sablon. Au fil des hivers, le tracé de la Route blanche peut varier en fonction des obstacles rencontrés (lacs et rivières) et des conditions climatiques.

 

Le réseau de transport
La route 138 menant à la Basse-Côte-Nord s’arrête, depuis le 26 septembre 2013, à Kegaska. Afin de desservir les populations plus à l’est, des bateaux et des avions ravitaillent les habitants en denrées et d’autres biens de consommation. L’été, le ministère des Transports entretient aussi quelques tronçons de route entre certaines localités, comme de Vieux-Fort à Blanc-Sablon. Lorsque l’hiver arrive, la Route blanche prend la relève de la circulation entre les villages.

La distance entre les villages de la Basse-Côte-Nord

  • Kegaska – La Romaine : 58 km
  • La Romaine – Chevery : 97 km
  • Chevery – Harrington Harbour : 18 km
  • Harrington Harbour – Tête-à-la-Baleine (essence seulement) : 35 km
  • Tête-à-la-Baleine – Mutton Bay : 29 km
  • Mutton Bay – La Tabatière : 35 km
  • La Tabatière – Saint-Augustin : 58 km
  • Saint-Augustin – Rivière-Saint-Paul : 88 km
  • Rivière-Saint-Paul – Blanc-Sablon : 83 km

Trouvez un hébergement en Basse-Côte-Nord.

Consultez les conditions de sentiers de motoneiges de la Côte-Nord.

Consultez les conditions de sentiers de la Route blanche.

Quelques conseils
La Basse-Côte-Nord étant un territoire relativement isolé et sauvage, il est préférable de bien se préparer avant d’emprunter la Route blanche. Puisque le téléphone cellulaire n’y fonctionne pas, rien ne doit être laissé au hasard. Il est donc recommandé de voyager en groupe d’au moins deux motoneigistes et d’être accompagné d’un secouriste. Pour planifier votre voyage, visitez le www.tourismecote-nord.com ou téléphonez au 1 888 463-0808.

Si les conditions météorologiques se détériorent, les voyageurs ont la possibilité de s’arrêter dans l’un des 21 refuges entretenus par le Ministère. Ceux-ci contiennent un poêle à bois et une provision de bois de chauffage. Évidemment, les refuges doivent servir uniquement en cas d’urgence et les utilisateurs doivent remplacer les éléments utilisés ou aviser un bureau du ministère des Transports.
Des services de restauration et d’hébergement, ainsi que des postes d’essence se trouvent dans la plupart des localités, le long de la route.


Le matériel indispensable

  • Pièces de rechange (courroie, bougie, ampoule de phare avant, etc.)
  • Allume-feu, briquet et allumettes
  • Chandelles
  • Contenant en métal
  • Corde (6 mètres) de 13 mm de diamètre
  • Nourriture sèche pour une journée
  • Lampe de poche
  • Bâche en toile
  • Trousse de secours
  • Couvertures
  • Bidon d’essence


Quelques outils

  • Trousse fournie avec la motoneige
  • Couteau ou canif
  • Pelle
  • Hache ou hachette


S’habiller convenablement

  • Mettre des vêtements chauds et séchant rapidement
  • Enfiler plusieurs vêtements minces plutôt qu’un seul vêtement plus épais
  • Porter des bottes imperméables
  • Avoir des bas de laine, des mitaines et des gants de rechange


En cas de panne

  • Rester toujours dans le sentier balisé
  • Choisir le parcours le plus court entre deux camps pour un déplacement à pied
  • Devant l’impossibilité de se déplacer, construire un abri avec une bâche, faire un feu et attendre du secours.

 

Voir aussi > Conditions des sentiers de motoneige

© M. Malherbe
© M. Rochefort